Lavaux

Lavaux est une région viticole du canton de Vaud, connue pour ses vignobles en terrasses au bord du lac Léman. Le 28 juin 2007, Lavaux entre au classement du patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO.

Lavaux en 4 saisons à vol d’oiseau

Naissance d’une terre viticole emblématique

Au XIIe siècle, la vigne existe déjà à plusieurs endroits de Lavaux. Une vigne est même déjà mentionnée en 997 à Lutry. Mais c’est sous l’action conjuguée des évêques de Lausanne et des moines cisterciens et prémontrés que Lavaux va se transformer en une terre viticole emblématique du canton de Vaud. Cette forte présence des moines donne une dynamique extraordinaire au défrichement et au terrassement de la région de Lavaux.

Le résultat d’un travail exigeant

La construction de « charmus », ces terrasses construites à flanc de coteau, apparaît dans les documents en 1331. Ce travail est harassant, exigeant en temps et main-d’œuvre. Rapidement, les moines font appel à des forces indigènes pour entretenir les vignes. Le vigneron-tâcheron est à la fois transporteur, terrassier, mineur, maçon, tonnelier et caviste. Il complète même ses revenus en s’adonnant à l’agriculture.

Source : Lavaux-Unesco

Le 28 juin 2007, Lavaux entre au classement du patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO.

Découvrez le site dédié, « Vignoble en terrasses – patrimoine mondial de l’Unesco » et partez à la découverte du vignoble de Lavaux avec le petit train « Lavaux Panoramic » !

 

Gare située au centre du village de Chardonne

Gare située au centre du village de Chardonne

 

Histoire

On ne retrouve le terme de Lavaux qu’à partir du XIIe siècle ; une bulle d’Innocent II mentionne la vallis de Lustriaco qui en ancien français se traduit par «la Vaulx de Lustrie» (la Vallée de Lutry). Ce n’est qu’au XIVe siècle que Aran, Riex et Villette sont considérées comme faisant partie de «la Vaulx de Lutry». Il faut attendre le XVIe siècle pour que la graphie «Lavaux» se fasse jour. À cette époque, Lavaux appartient à l’évêque de Lausanne et est subdivisée en quatre paroisses, Corsier, Lutry, Saint-Saphorin et Villette.

Après la conquête bernoise, Lavaux fait partie du bailliage de Lausanne. Après la révolution vaudoise, les bailliages sont remplacés par des districts. Lutry, Saint-Saphorin et Villette sont rattachées au district de Lavaux, alors que Corsier rejoint celui de Vevey.

Au XIXe siècle, les communes se divisent, Saint-Saphorin forme quatre nouvelles communes, Chexbres, Puidoux, Rivaz et Saint-Saphorin. Puis, c’est au tour de Lutry de donner naissance à Savigny et enfin Villette est subdivisée en six communes, Cully, Épesses, Forel, Grandvaux, Riex et Villette.

A noter que l’on dit Lavaux sans article et non « LE » Lavaux, que l’on parle « DE » Lavaux et non « DU » Lavaux, de même que l’on dira « EN » Lavaux et non « DANS LE » Lavaux. Ceci vient de l’etymologie de Lavaux (la vaulx qui signifie « la vallée »).